Quantcast

Dragées Faller dans la presse

 

Logo France 3 AlsaceFrance 3 Alsace - 17/09/2013

Reportage vidéo de S.Mallauran, J.Roché, M.E. Beauclair

Interview de Nathalie Faller, directrice générale de Faller, par Jean-Christophe Freund, responsable du service proximité entreprises. Article par Anne de Chalendar.

Confiserie Faller : Leader de la dragée en ligne

La maison Faller vend des confiseries à Mulhouse depuis 64 ans. L'entreprise a su se développer et ouvrir d'autres boutiques en Alsace. Depuis quatre ans, elle est aussi présente à travers un site en ligne qu'elle a réalisé notamment grâce aux services de la maison de l'entrepreneur.

L'enseigne mulhousienne de bonbons née au siècle dernier possède 13 boutiques et compte 42 salariés. La confiserie poursuit son expansion grâce à sa boutique en ligne de dragées. Nathalie Faller, à la tête de la confiserie, s'est formée à la webschool de la chambre de commerce et d'industrie de Mulhouse. Elle suit cette formation deux fois par mois. En un an, le site internet de Faller a connu une progression de 130% et dégage un chiffre d'affaires de 850 000 euros.

Un lien vers la vidéo est présent dans l'article.

Source : http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/2013/09/17/confiserie-faller-leader-de-la-dragee-en-ligne-320313.html

 

Logo M+ l'hebdo de MulhouseM+ l'hebdo de Mulhouse - 25/06/2015

Article et photographie par Christophe Schmitt

Interview de Nathalie Faller, directrice générale de Faller - par Christophe Schmitt, journaliste.

 

Success story - FALLER : DES DÉCENNIES DE GOURMANDISES

Tout le monde connaît l’enseigne Faller, ses sucreries en tous genres et ses bonbons multicolores. Mais savez-vous que l’entreprise a plus de 60 ans et a vu le jour à Mulhouse ?

La saga Faller débute dans les années 50 avec Eliane et Guy Faller, qui vendaient confiseries et gâteaux sur les marchés après la guerre. En 1954, le couple ouvre son premier magasin, rue des Maréchaux, suivi de deux autres, place de l’Europe et passage du Théâtre. « On y trouvait ce qu’on appelle aujourd’hui des bonbons d’autrefois », s’amuse Nathalie Faller, belle-fille des fondateurs et directrice générale de l’entreprise depuis 15 ans. Violettes, berlingots, boules anis et autres malakoffs remportaient alors un franc succès. L’entreprise vendait aussi beaucoup de tablettes et barres de chocolat, mais aussi des meringues et des fonds de tarte...
Au fil des ans, les goûts évoluent, les produits aussi et l’entreprise grandit : Faller compte aujourd’hui huit boutiques en Alsace, ainsi qu’un site Internet consacré uniquement aux dragées, qui fait de l’entreprise le leader français de la dragée sur le web.

70 TONNES DE BONBONS. Plus de 60 ans après sa création, cette société gère des quantités qui donnent le tournis et feraient rêver n’importe quel gourmand : 400 références minimum par magasin, 22 tonnes de chocolat vendues par an, autant de dragées et pas moins de 70 tonnes de bonbons ! « Parfois j’entends des gens dire « Qu’est-ce qu’on fait cet après-midi ? Avant tout, on passe chez Faller ». C’est magique d’entendre ça », conclut Nathalie Faller avec un brin de malice.

QUESTION À NATHALIE FALLER, directrice générale de Faller: « Qu’est ce qui fait le succès des bonbons Faller ? »
On essaie de travailler en collections, comme pour le prêt-à-porter. L’été, nous avons des produits très colorés par exemple. Le bonbon, c’est ludique. Depuis quelques années, l’acidulé marche très bien et nous avons un top 5 indétrônable : Dragibus, Schtroumpfs, bouteilles de cola, mûres et langues acidulées. Pour le chocolat aussi, nous observons la mode : tout ce qui fonctionne par tendance, on va le faire en chocolat.

Source : http://www.mplusinfo.fr/wp-content/uploads/2015/06/M-3-Du-25-juin-au-1-juillet-2015.pdf

 

Logo Le Journal des EntreprisesLe Journal des Entreprises - JDE Edition 67

03/10/2014 - Article par Philippe Armengaud

 

 

Faller. Magasins et vente en ligne font bon ménage

DISTRIBUTION - Plus de trois ans après son ouverture, le site e-commerce de la société Faller, dédié aux dragées, a trouvé son public et tire l'entreprise vers le haut.

« Nous pensions qu'il allait capter une partie de la clientèle de nos magasins, mais cela n'a pas été le cas ». Directrice générale du groupe familial Faller, Nathalie Faller se réjouit du virage stratégique vers la vente en ligne décidé il y a quatre ans. Opérationnel depuis le début 2011, son site de e-commerce, dédié à l'activité dragées, a fait son trou et représente désormais 7 % du chiffre d'affaires total de l'entreprise. Un investissement de 200.000 euros à l'époque. Aujourd'hui, le site web draine 4.000 visites par jour avec, pour résultat, plus de 10.000 colis expédiés à l'année. « Dès la première année, nous avons été rentables », se souvient Nathalie Faller, « au bout de trois ans, nous dégageons, à l'instar des boutiques, de bonnes marges ».

« Internet a fait évoluer l'entreprise »
Les nouvelles contraintes, notamment logistiques (stock, délais...), induites par le développement du site, ont rapidement imposé un nouvel investissement dans les bâtiments de Rixheim : 1 million d'euros pour l'agrandissement du stock (de 300 à 900 mètres carrés) et la rénovation des bureaux. Le chiffre d'affaires de l'entreprise, 3,85 millions d'euros en 2012-2013, a progressé de 10 points depuis la mise en service du site. À lui, seul, ce dernier a généré 7 points de cette croissance. Mais au-delà des chiffres, le développement du web a profondément fait évoluer l'entreprise, ses habitudes et son mode de fonctionnement. « Nous sommes plus que jamais à l'affût des nouveaux produits, soucieux de réinventer la dragée. En même temps, internet nous a poussés à standardiser les produits », explique Nathalie Faller. Dans le réseau des douze points de vente (Faller et Lancaster), la donne a également évolué. La technologie y a fait son apparition. L'interface avec le stock a été améliorée : si le site compte 1.000 références de dragées, pas question que les magasins ne puissent y avoir également accès instantanément. « Il y a sur le net une exigence de qualité de service qui a tiré les magasins vers le haut », ajoute la dirigeante. Dans la foulée, l'entreprise a engagé un programme de rénovation de ses magasins, dans un style « rénové et allégé ». Ce qui ne l'empêche pas non plus d'investir régulièrement sur son site web. Pas de cannibalisation, donc. Les Bonbons Faller semblent avoir trouvé la bonne formule pour croître via le e-commerce, sans pour autant cannibaliser l'activité des magasins. Le choix de concentrer la stratégie online sur un seul produit, la dragée, y a sans doute beaucoup contribué. Elle permet d'envisager sereinement un rééquilibrage du chiffre d'affaires à terme entre les bonbons, les dragées et le chocolat (contre respectivement 45 %, 30 % et 25 % actuellement).

Lien vers l'article en JPG.

Source : http://www.lejournaldesentreprises.com/editions/67/commerce/distribution/faller-magasins-et-vente-en-ligne-font-bon-menage-03-10-2014-234405.php

 

Logo Le Journal des EntreprisesLe Journal des Entreprises - JDE Edition 68

04/03/2011 - Article par Julie Giorgi

 

 

Faller. Les dragées boostées par la vente en ligne

DISTRIBUTION - Le distributeur spécialiste des dragées a embauché et va bientôt déménager dans des locaux plus spacieux à Rixheim pour s'adapter au succès de son site internet. 

Nathalie Faller, la directrice générale, n'a qu'un seul regret: ne pas avoir lancé le site de vente en ligne plus tôt. Car en seulement un an, il a généré 5.300 commandes et 420.000euros de chiffre d'affaires. «Nous sommes au stade que nous avions prévu d'atteindre dans trois ans. Et cette année, nous pensons doubler le chiffre d'affaire généré par internet», annonce la dirigeante. Suite à ce nouveau marché, l'entreprise s'est réorganisée et a embauché trois personnes pour l'expédition des marchandises, un responsable de l'e-boutique et un community manager. Face au succès rencontré sur internet, Faller s'est retrouvé à l'étroit dans ses locaux de 480m² à Illzach. En décembre dernier, la société a acheté un entrepôt de 1.600m² à Rixheim, pour un million d'euros. Elle souhaite en louer une partie à d'autres entreprises. Le déménagement est prévu le mois prochain. Le site de Rixheim est équipé d'un studio photo. Là encore, l'idée est de proposer cet équipement à d'autres sociétés qui en feraient la demande.

Les huit magasins en progression de 50%
En bref, l'année 2011 s'annonce sur une belle dynamique. L'investissement de départ de 70.000euros pour le site internet n'a pas été vain. Faller a fait appel à l'entreprise mulhousienne Activis. Le site est référencé sur les premières pages des moteurs de recherche depuis son lancement. «C'est surtout la maintenance qui coûte cher: les liens sponsorisés, la gestion du stock, le temps passé au suivi et à l'animation du site», souligne Nathalie Faller. Loin de nuire au business des huit magasins alsaciens, la boutique en ligne les a stimulés. «Nos magasins ont progressé de 50% depuis l'ouverture du site internet. Des gens sont venus en magasin avec des pages imprimées du site. Cela a ramené des ventes», constate la dirigeante.

Devenir nº1 en France
L'e-boutique a insufflé une dynamique dans toute l'entreprise. Nathalie Faller parle de «fraîcheur» et de «rajeunissement». Elle vise désormais la position de leader en France sur les dragées. L'échéance n'est pas fixée, mais «le plus tôt sera le mieux», déclare le directrice générale. Une ambition confortée par la situation de ses concurrents sur internet. Elle en dénombre cinq de taille équivalente à Faller, mais qui sont présents sur le web depuis cinq ans. «Notre objectif est d'amener les gens qui visitent notre site à rêver. L'image de la dragée est un peu poussiéreuse. Nous souhaitons remettre ce produit au goût du jour», prévient la dirigeante. L'entreprise propose 22 couleurs de dragées différentes et change ses collections de contenants et décors tous les six mois.

Lien vers l'article en JPG.

Source : http://www.lejournaldesentreprises.com/editions/68/commerce/distribution/faller-les-dragees-boostees-par-la-vente-en-ligne-04-03-2011-118035.php

 

Logo Le PériscopeLe périscope - Journal d'info économique en Alsace - 01/06/2013

Article et photographie par Béatrice Fauroux

Interview de Nathalie Faller, directrice générale de Faller - par Béatrice Fauroux, rédactrice en chef.

 

Faller : La vente en magasin métamorphosée par le net

Le site de vente en ligne de dragées Faller démarré voici 3 ans est aujourd’hui le premier site français dans son domaine. Une aventure qui a bouleversé la vie des 9 magasins alsaciens du groupe.

« Dès le départ, nous avons conçu la vente sur le web comme la création d’une entreprise et nous avons investi pour réussir », explique Nathalie Faller qui ne voulait pas d’un simple site complémentaire des magasins, mais une vraie boutique avec tout le savoir-faire Faller. Le budget consenti en référencement est très important, il a permis au site de décoller, puis de s’imposer. Aujourd’hui, les 1000 références du site sont organisées en collections créatives en renouvellement constant, et les quelque 50 commandes quotidiennes (100 en haute saison) sont expédiées sous 24 heures.

La vente en magasin stimulée par le web

Le périscope, journal économique et info économique sur Mulhouse (Alsace) : FallerPremier impact : Le développement rapide des ventes sur le net a poussé Faller à centraliser le stock des dragées pour le site web et pour les boutiques en un seul lieu : un nouvel entrepôt avec studio photo et zone de conditionnement à Rixheim. C’est à ce centre logistique qu’arrivent les commandes des magasins, comme celles les internautes. Stimulée par le web, la vente en magasin a progressé de 50% les deux premières années et de 30% la troisième année, les Alsaciens et nos voisins venant acheter en magasin les produits repérés sur le net. Les points de vente ont été équipées de tablettes où toute la collection de dragées est accessible et le personnel a dû s’adapter à une nouvelle manière de travailler. « Le web, c’est accéder à tous les produits, être livré rapidement, et bénéficier d’un SAV impeccable. Nos boutiques se sont calquées sur ce modèle et nous les traitons comme notre client final », explique Nathalie Faller qui a accompagné de très près ce changement culturel. Loin de tuer le magasin, le site web est facteur de progrès et de qualité sur tous les plans. « Mais il ne remplacera jamais le contact, ni le conseil en boutique », estime Nathalie Faller.

Source : http://www.le-periscope.info/services-aux-entreprises-2/1046828-faller-la-vente-en-magasin-metamorphosee-par-le-net-temoignage

 

Logo Le PériscopeLe périscope - Journal d'info économique en Alsace - 11/04/2013

Article et photographie par Béatrice Fauroux

Interview de Nathalie Faller, directrice générale de Faller - par Béatrice Fauroux, rédactrice en chef.

 

Faller : sucess story de la "e-dragée"

L’univers du bonbon n’a pas de secrets pour l’entreprise Faller qui compte 38 salariés – toutes des femmes -, 11 magasins… et un site d’e-commerce de dragées, dont le succès dépasse les prévisions les plus optimistes. A tel point qu’un nouvel entrepôt est en cours de construction à Rixheim pour assurer la logistique des commandes sur le web. La dragée prend des couleurs !

Sous la houlette de Nathalie Faller, femme dynamique et volontaire en charge de la direction générale de la PME, la maison Faller regorge de projets. Le dernier en date, le site d’ecommerce de dragées ouvert en février 2010, est en train de faire bouger toute la maison : « Quand on a 10 magasins situés dans de très bons emplacements en centre-ville et des charges élevées, les perspectives de développement sont faibles ; il faut être très performant maintenir un commerce de qualité et indépendant ! L’idée a été de créer un site d’e-commerce pour compléter notre activité, mais uniquement sur le thème de la dragée », explique la dirigeante. En effet, rappelons que la maison Faller vend aussi bien des bonbons et friandises en stock permanent que des produits saisonniers : lapins de Pâques, chocolats de la Saint-Nicolas ou friandise dite éphémère.

Progression de la vente de dragées de 50 % en magasin

Le site web dragees.faller.fr, qui compte environ400 références, a été créé par l’agence web Activis(ndlr : tout comme celui des chocolats Abtey,voir l’article sur notre blog). « En 6 mois, nousavons réalisé l’objectif à 3 ans sur notre prévisionnel,et les ventes de dragées en magasin ont augmenté de50 % ! » se réjouit Nathalie Faller, dont l’équipea dû s’adapter à un raz-de-marée imprévu. Parailleurs, le succès du site a pour effet de boosterles ventes en magasin grâce aux clients d’Alsaceet des départements voisins.Le chiffre d’affaires réalisé par le site web a été de420 000 euros HT en 2010, et devrait doubler en2011. Aujourd’hui, une équipe de trois personnesréceptionne les commandes, gère les stocks ettraite environ 40 commandes/jour. « Nous mettons un point d’honneur à avoir toutes les références en stock, soit toutes les dragées et leurs emballages ». D’où l’aménagement 1600 m2 du bâtimentBricorama route de l’Ile Napoléon à Rixheim : entrepôt, atelier d’emballage, bureaux ainsi qu’unstudio photo de 80 m2. Il faut compter 1/3 duvolume des ventes en stock permanent pourpouvoir assurer les livraisons.

Plusieurs collections par an : La dragée customisée

Les nombreuses références en stock s’expliquent par la très grande diversité des “mises en scène“ de la dragée : oubliée, la boîte classique de nos grand-mères, les dragées sont désormais conditionnées dans des mini-chaussures de tennis, de minuscules habits pour filles ou garçons qui se balancent sur des cintres accrochés à de beaux présentoirs, etc. « Il faut créer un effet de collection avec des nouveautés permanentes pour que le baptême, la communion ou le mariage soient des évènements uniques, avec un style adapté au décor de chaque table de fête. La dragée est entrée dans une course à la tendance », estime Nathalie Faller qui ajoute : « Même si ce développement a son coût, le net a transformé et stimulé le métier ». Précisons pour finir que les quelque 600 références vendues en magasins sont entièrement gérées par une plateforme logistique externe à l’entreprise. Chiffre d’affaires 2010 du groupe : 3,5 M€ HT avec les ventes sur le web.

Source : http://www.le-periscope.info/scope-entreprise/faller-success-story-de-la-e-dragee/

 

 

Wikipedia

Lien vers la fiche de Dragées Faller sur Wikipedia France :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Dragées_Faller